Témoignages

Les salariés de TechnicAtome : des équipes compétentes, agiles et engagées pour réussir.

Découvrez des témoignages de nos salariés qui partagent leur expérience et leur enthousiasme pour leur métier.

En quoi consiste votre mission d’expertise ?

Je suis ingénieur chimiste, basée sur le site TechnicAtome de Cadarache. Mon domaine principal d’expertise concerne la chimie dans l’industrie nucléaire, en particulier en phase de conception et d’exploitation des installations. C’est un métier spécifique qui contribue activement à la sureté, en participant et en surveillant l’intégrité des circuits par des mesures physico-chimiques et radiochimiques réalisées périodiquement.

Je travaille sur le suivi et le maintien opérationnel de toutes les installations du site, sur le démarrage du réacteur RES et de son laboratoire associé, mais aussi sur l’optimisation des procédés existants. J’interviens dans le traitement des événements dès lors qu’ils ont un lien avec la chimie. Je suis également sollicitée dans les phases de démantèlement d’installations.

Je manage une équipe de 4 techniciens chimistes répartis sur 3 laboratoires à Cadarache et à Cherbourg. 

En bref, quel a été votre parcours professionnel avant de devenir expert ?

Je suis ingénieur diplômée du Conservatoire National des Arts et Métiers (CNAM) en chimie industrielle. Cela fait maintenant 18 ans que j’exerce mon métier chez TechnicAtome, d’abord comme technicienne chimiste sur le réacteur d’essai à terre RNG puis sur le porte-avions nucléaire Charles de Gaulle pour le démarrage des 2 chaufferies. J’ai eu l’occasion de travailler pour les laboratoires de chimie embarqués sur tous les types de navire à propulsion nucléaire de la Marine Nationale. J’ai également exercée pendant 8 ans la fonction d’ingénieur de quart sur la pile AZUR à Cadarache. Depuis 2003 je suis responsable de l’unité chimie du site TechnicAtome de Cadarache. 

En complément à ma fonction, je transmets mes connaissances à travers les formations que je dispense auprès des chimistes de la Marine Nationale et à l’INSTN.

Qu’est-ce qui vous passionne dans votre métier ?

Le domaine de la chimie est varié et évolue en permanence. Chez TechnicAtome la chimie est transverse sur toutes les installations : cela permet de bien connaître toutes les phases de conception, de qualification, d’exploitation et d’échanger avec des interlocuteurs de profils différents. C’est un métier passionnant, très diversifié, enrichissant techniquement et humainement.

En quoi consiste votre mission d’expertise ?

Je suis ingénieur en contrôle-commande basé sur le site TechnicAtome d’Aix-en-Provence. Ma mission d’expert en contrôle-commande consiste à garantir que les architectures des contrôles commandes conçues par TechnicAtome sont compatibles avec les besoins des métiers amonts (sureté, fonctionnement général, systèmes fluides par exemple). Ce rôle de « systémier » consiste à comprendre, traduire, adapter les exigences des projets aux contraintes techniques de réalisation de nos systèmes de contrôle-commande.

Dans les projets de propulsion nucléaire, j’interviens principalement en phase de conception et de design des réacteurs, mais mon rôle s’étend aussi aux phases d’essais et de soutien à l’exploitant, y compris lors des réévaluations de sûreté des systèmes. De plus, pour les phases d’offre dans les projets de réacteurs de recherche, j’apporte ma vision d’ensemble cohérente du travail à réaliser.

En bref, quel a été votre parcours professionnel avant de devenir expert ?

Je suis ingénieur diplômé de l’INSTN en génie atomique depuis 2002. J’ai d’abord travaillé dans le nucléaire civil en tant que consultant pour EDF pendant 5 ans, en particulier sur des études de sureté et d’analyse de fonctionnement des réacteurs de puissance. En 2007, j’ai eu l’opportunité d’intégrer TechnicAtome pour découvrir 3 domaines : la propulsion nucléaire navale, le contrôle-commande et les phases de conception. Dans un premier temps, j’ai travaillé exclusivement sur le projet BARRACUDA, et ensuite sur de nombreux autres projets (réacteur RES, réacteur RJH, chaufferie nucléaire de sous-marin lanceurs d’engins…), en phases de R&D et aussi d’essais. Aujourd’hui j’ai la chance d’être multi-projets.

Qu’est-ce qui vous passionne dans votre métier ?

Mon moteur a toujours été la curiosité. Cette soif de connaissances est étanchée aujourd’hui par un métier techniquement vaste et dont les interfaces permettent une vision globale des projets. De plus, TechnicAtome m’a offert la possibilité de partager mon métier et mes connaissances par le biais des formations internes, via le centre de formation.

En quoi consiste votre mission d’expertise ?

Je suis ingénieur dans le domaine des matériaux métalliques, basé sur le site Technicatome de Cadarache. Ma mission d’expertise comporte plusieurs volets : être à la disposition des équipes et en particulier pour le métier mécanique pour guider les choix de matériaux en phase de définition par exemple, ou pour résoudre des problématiques de fabrication sur des projets. J’apporte aussi mon support aux chaufferies en services pour réaliser des expertises métallurgiques sur tout type de composants. Enfin, je participe à des réunions techniques avec d’autres experts du groupe ou des spécialistes du domaine pour échanger sur des retours d’expérience ou des travaux en cours.

En bref, quel a été votre parcours professionnel avant de devenir expert ?

Je suis diplômé de l’Institut National Polytechnique de Grenoble depuis 2006, dans la spécialité matériaux métalliques. Avant mon arrivée chez TechnicAtome sur le site de Cadarache en 2009, j’ai travaillé pendant un an en tant qu’ingénieur matériaux dans l’industrie ferroviaire, au sien d’un laboratoire d’expertises et d’essais, puis pendant une autre année dans l’aéronautique sur des problématiques d’approvisionnement et de fabrication. Fort de cette formation et de ces expériences, j’ai développé à Cadarache l’activité d’expertise sur les matériaux, notamment avec la création en 2011 d’un laboratoire d’analyses. Ce laboratoire permet aux spécialistes du domaine de gagner en réactivité et en indépendance pour de nombreux sujets d’expertises.

Qu’est-ce qui vous passionne dans votre métier ?

Je participe à plusieurs projets très variés, principalement pour la propulsion nucléaire ou des activités plus transverses, et dans une moindre mesure aussi pour des projets nucléaires civils. Mon activité est très diversifiée, j’aime en particulier réaliser des expertises et proposer des améliorations sur les produits en fonctionnement. J’ai aussi la possibilité de proposer des innovations, par exemple l’utilisation de matériaux nouveaux par leur fonction dans la propulsion nucléaire, en me basant sur des utilisations que je connais par ailleurs, tirées de mon expérience dans l’industrie ferroviaire et aéronautique. C’est vraiment un métier très épanouissant.

Quel est votre parcours professionnel ?

Je me suis engagé dans la Marine Nationale à l’âge de 16 ans, entré à l’école des mousses à Brest. J’y ai passé un an à apprendre les règles de la vie militaire et marine en particulier. Puis j’ai intégré l’école des électriciens et je me suis porté volontaire pour les sous-marins nucléaires lanceurs d’engins (SNLE). J’ai embarqué à bord du Redoutable pour ma première patrouille en 1978 ; j’avais alors l’équivalent d’un BTS électricien.

Par la suite, j’ai rejoint le programme de formation des atomiciens de la marine. J’ai donc eu mon premier contact avec TechnicAtome en janvier 1981 pour obtenir ma qualification d’atomicien au cours du stage PAT 33. J’ai ensuite effectué plusieurs patrouilles opérationnelles, en tout 17 au cours de ma carrière ! – totalisant 23 000 heures de plongée ! J’ai occupé différents postes à bord, dans l’équipe de conduite de la chaufferie puis dans le service sécurité plongée du navire en tant que maître de centrale. Ensuite je suis devenu instructeur à l’école des sous-mariniers de Brest.

Après 20 ans dans la Marine j’ai rejoint en août 1997 TechnicAtome dans les équipes de conduite du Service d’Exploitation des Réacteurs à Cadarache.

Là j’ai recommencé au bas de l’échelle comme électricien de quart, et j’ai repassé les qualifications internes afin d’être chef de quart ; en 2000 j’étais qualifié pour l’installation RNG. J’ai participé au démarrage du porte-avions Charles De Gaulle (en tant que chef de bloc chaufferie arrière) et de deux SNLE : j’ai été chef de quart du poste conduite propulsion lors de la divergence du Terrible, et directeur d’essais sur le Vigilant.

A l’arrêt du RNG j’ai pris les fonctions d’ingénieur sécurité installation du Service d’Exploitation des Réacteurs, puis de Responsable Corps d’Etat pour suivre la construction de la partie machine sur le chantier du réacteur RES. Depuis juillet 2015, j’ai repris mes fonctions de chef de quart pour la mise en service du RES.

Pourquoi avoir choisi ce métier, qu’est-ce qui vous a motivé pour travailler dans ce domaine ?

Le métier de la conduite d’installations complexes fait appel à des activités très diversifiées : électricité, mécanique, sureté, sécurité, nucléaire, facteur humain, et sans être spécialiste dans chaque domaine, cela fait appel à des connaissances transverses. La conduite d’un réacteur se fait en équipe et en service continu 24h/24. Le métier de chef de quart prend tout son sens dans la mesure où pour l’équipe, on est le référent, aussi bien technique que managérial. On ressent une réelle fierté à faire partie de l’équipe de conduite, on y retrouve beaucoup de l’esprit qui anime l’équipage d’un sous-marin, où tout le monde est solidaire les uns des autres ; en 20 ans de conduite je n’ai jamais vu un défaut de relève !

Dans mon métier ce que je préfère le plus c’est l’esprit d’équipe qui nous anime. Ce que j’aime également c’est que l’on a un rôle un peu central, quel que soit l’opération à mener sur l’installation on passe forcément par la validation de l’équipe de conduite.

Que souhaiterez-vous dire à un jeune qui s’orienterait sur ce métier ?

Je dirais que le service continu apporte des contraintes particulières, travail de nuit, de week-end, respect de la grille de quart, … mais je lui dirais également qu’on peut trouver des avantages à ce rythme de travail, qu’il soit d’ordre pécuniaire ou en terme d’autonomie. Plus que tout, c’est un métier passionnant, dans lequel on ne s’ennuie jamais, qui apporte au fil du temps des compétences transverses et qui donne des perspectives d’évolution importantes.

Quel est votre parcours professionnel chez TechnicAtome ? Depuis quand travaillez-vous sur ce métier ?

J’ai intégré TechnicAtome sur le site de Cadarache à l’âge de 20 ans en février 2003, avec un BTS maintenance industrielle. Après une formation complémentaire, j’ai réussi l’examen interne de qualification pour intégrer l’équipe de quart sur l’installation RNG (réacteur à terre de propulsion nucléaire). J’y suis resté 2 ans en tant que mécanicien réacteur. Pendant les périodes d’inactivité du RNG, j’étais affecté à sa maintenance et cela m’a permis d’acquérir une connaissance générale sur le fonctionnement et l’utilisation de la vapeur du réacteur.

Un peu avant l’arrêt définitif du RNG en 2005, j’ai rejoint le hall des boucles d’essais en tant que conducteur d’installation pour essais et mécanicien en maintenance. Puis j’ai évolué vers le poste de responsable technique de l’équipe (jusqu’à 8 personnes).

En 2014, j’ai réussi ma qualification à la conduite de la pile AZUR ; en plus de mon activité sur les essais de composants, cette qualification me permet aujourd’hui de participer à la qualification neutronique des cœurs de propulsion avant qu’ils ne soient chargés dans les sous-marins ou le porte-avions. Je procède également aux réglages des mécanismes d’absorbants de pilotage et de sécurité.

Pouvez-vous nous parler de vos missions, de vos responsabilités, de votre travail au quotidien ?

Mon travail quotidien de conducteur d’installation d’essais consiste à mettre en œuvre les installations pour la réalisation d’essais de composants, aux conditions d’ambiance représentatives des réacteurs en service, tout en assurant la sécurité des personnes et des biens.

Mon travail nécessite le recours à différents corps de métier (électriciens, instrumentistes, acousticiens, mécaniciens) et s’effectue avec de nombreuses interfaces (chargé d’affaire, responsable technique de matériel, management, …). Je participe aussi à la rédaction du référentiel documentaire de conduite, associé à l’activité et à la traçabilité et au traitement des événements. J’apporte parfois un soutien aux activités du Nucléaire Civil comme par exemple les essais de mécanismes du réacteur RJH réalisés au moyen de bancs de qualification spécifiques.

Pourquoi avoir choisi ce métier, qu’est-ce qui vous a motivé à travailler dans ce domaine ?

C’est un métier qui permet d’appréhender une pluralité des composants et de technologies. En 13 ans je n’ai jamais eu l’impression de faire la même chose, j’ai participé à de nombreux essais pour différents projets et j’ai rencontré un grand nombre de collaborateurs.

Que souhaiteriez-vous dire à un jeune qui s’orienterait sur ce métier ?

Mon métier nécessite de l’investissement personnel : être intéressé, proactif, aimer chercher des infos, prendre des contacts avec les gens pour comprendre ; il faut aussi savoir être flexible car il se pratique avec de nombreuses interfaces et co-activités, il faut s’adapter en permanence. Mon métier m’apporte un enrichissement humain et de nombreux motifs de satisfaction professionnelle.

En quoi consiste votre mission d’expertise ?

Je suis ingénieur en mécanique des structures, basé sur le site TechnicAtome d’Aix-en-Provence. Mon domaine principal d’expertise concerne le dimensionnement thermomécanique et le comportement dynamique des composants et équipements. Ces domaines sont associés à la conception et à l’ingénierie des systèmes des réacteurs de propulsion nucléaire et des réacteurs de recherche.

Je travaille principalement en soutien à la maîtrise d’œuvre du réacteur expérimental Jules Horowitz en cours de construction à Cadarache, notamment pour les problématiques de dimensionnement du bloc pile et les équipements associés.

En bref, quel a été votre parcours professionnel avant de devenir expert ?

Je suis ingénieur diplômé de l’Ecole Nationale Supérieure Hydraulique et Mécanique de Grenoble depuis 2002 (ENSHMG, appartenant à l’Institut National Polytechnique de Grenoble), avec la spécialité conception et dimensionnement mécanique.

J’ai choisi mon orientation professionnelle dès le début de mes études secondaires. Différents stages lors de mes études supérieures, principalement dans le domaine de la machine spéciale (outillages, équipements, ou cellules de nature prototype) ou du nucléaire m’ont permis de consolider ce choix. J’ai pu progressivement me spécialiser dans le domaine du dimensionnement mécanique des structures.

J’ai ensuite travaillé durant 5 ans dans une société d’ingénierie pour le compte du CEA, d’AREVA, d’EDF dans le milieu des structures nucléaires, mais aussi pour d’autres sociétés dans l’hydroélectrique, la pétrochimie ou l’industrie maritime.

Fort de ces expériences professionnelles, j’ai intégré en 2007 le service Dimensionnement mécanique et vibro-acoustique de TechnicAtome situé sur Aix en Provence ; j’y exerce le métier d’ingénieur dimensionnement mécanique depuis 8 ans.

Les sujets qui m’ont été confiés dans le domaine des réacteurs de propulsion nucléaire et les réacteurs expérimentaux m’ont permis d’approfondir mes connaissances. J’ai participé à différents stades des projets et échangé avec l’ensemble des métiers impliqués.

Qu’est-ce qui vous passionne dans votre métier ?

Les équipements sur lesquels nous travaillons au sein de TechnicAtome sont uniques. Ils nécessitent l’intervention de tous les domaines scientifiques et techniques pour les concevoir, les réaliser et les faire fonctionner.

Mon métier consiste à intervenir dans le processus de définition d’un composant « sensible ». Il reste en lien direct avec les phases amont et aval du composant, c’est ce qui fait sa richesse au-delà des spécificités techniques propres du métier.

Mon intérêt se porte particulièrement sur la simulation numérique, permettant d’appréhender le comportement des composants dans différentes situations, dont certaines ne seraient pas envisageables par essais.

En quoi consiste votre mission d’expertise ?

Je suis ingénieur spécialisé en génie thermique, basé sur le site TechnicAtome d’Aix-en-Provence. Mon domaine principal d’expertise concerne la thermo-hydraulique, et ma mission consiste à encadrer les projets de propulsion nucléaire sur les sujets thermo-hydrauliques en lien avec les aspects sûreté.

Je travaille actuellement sur l’encadrement d’études concernant les projets de nouveaux réacteurs de propulsion, le programme futur du réacteur d’essai RES, et aussi sur les instructions de sûreté dans le cadre du projet BARRACUDA. Je traite également les problématiques de thermo-hydraulique des chaufferies en service en phase de réévaluation de sûreté.

En bref, quel a été votre parcours professionnel avant de devenir expert ?

Je suis diplômé de l’Ecole Centrale de Marseille  (ex-ESIM) en spécialité génie thermique et diplômé de l’Institut National des Sciences et Techniques Nucléaires (INTSN) de Cadarache en génie atomique. J’ai également effectué une année d’études neutroniques au CEA de Saclay. Je suis entré chez TechnicAtome en 1994 en tant qu’ingénieur d’études thermo-hydrauliques, puis j’ai été affecté sur des projets cœurs liés au réacteur d’essai à terre RNG. J’ai par la suite travaillé sur des études de R&D en soutien à des codes de calcul dans le domaine thermo hydraulique cœur. Puis je suis devenu chargé d’affaires technique au sein du métier, puis du projet BARRACUDA, avant de m’atteler aux projets de R&D sur les chaufferies futures. Ces dernières années je me suis recentré sur mon cœur de métier, et j’accompagne les projets de propulsion nucléaire en phase de conception / instruction / réévaluation de sûreté.

Qu’est-ce qui vous passionne dans votre métier ?

L’avantage d’être au sein d’une entité à taille humaine comme TechnicAtome c’est qu’au-delà de son propre métier d’ingénieur on a l’occasion de découvrir les interfaces avec plein d’autres métiers, et on aborde plein de problématiques différentes.

En 20 ans d’activité au sein de TechnicAtome, j’ai pu avoir une expérience professionnelle très variée et faire beaucoup de choses ; dans un groupe industriel plus grand j’aurais dû être muté plusieurs fois pour vivre autant d’expériences.

Dans mon métier par exemple, j’ai pu travailler sur une très grande diversité de sujets de thermo-hydrauliques, comme les combustibles et les cœurs (étude du risque de crise d’ébullition notamment), la protection du circuit primaire et de l’enceinte de confinement contre les surpressions, ou les codes de calcul en 3D sur certains gros composants. J’ai pu effectuer des essais à la mer à bord des bateaux, j’ai pu aussi participer à des programmes expérimentaux et réaliser moi-même à Cadarache les expériences imaginées auparavant dans mon bureau à Aix. C’est vraiment très enrichissant sur le plan professionnel, on progresse tout le temps dans ses connaissances tout en participant à des projets stratégiques.

En quoi consiste votre mission d’expertise ?

Je suis ingénieur en électrotechnique, basé sur le site TechnicAtome de Cadarache. Mon domaine principal d’expertise concerne l’électricité, notamment les réseaux et les systèmes électriques pour les réacteurs nucléaires. Je contribue sur différents projets à des études, à des vérifications, à des choix d’options techniques, à des revues de conception ainsi qu’à des validations de chiffrage.  

Une de mes missions d’expertise concerne l’élaboration du référentiel technique TechnicAtome pour les systèmes électriques des réacteurs de recherche. Il s’agit notamment de s’approprier les normes internationales CEI (Commission électrotechnique internationale) et IEEE (Institute of Electrical and Electronics Engineers).

En bref, quel a été votre parcours professionnel avant de devenir expert ?

Je suis diplômé de l’Ecole Nationale Supérieure d’Ingénieurs Electriciens de Grenoble depuis 1998. J’ai débuté chez TechnicAtome tout de suite après mon diplôme, comme stagiaire militaire travaillant sur le réseau de distribution électrique du porte-avions nucléaire Charles de Gaulle. J’ai ensuite travaillé sur le projet RES à Cadarache sur les systèmes électriques depuis leur conception jusqu’à leur mise en service. J’étais responsable notamment de l’usine électrique. Depuis 2014, je suis manager délégué de l’unité Systèmes et Equipements Electriques, en charge de dossiers techniques liés à la spécialité électricité dans le Nucléaire Civil. 

Ce parcours a connu deux périodes en dehors de TechnicAtome. De 2000 à 2002, j’ai été chargé de travaux électriques pour l’hôpital militaire de Percy en région parisienne. Puis de 2011 à 2014, j’ai eu l’opportunité d’être détaché au sein d’AREVA NP Gmbh à Offenbach en Allemagne, au sein de la Direction Ingénierie et Projets (E&P), en tant que responsable technique des systèmes électriques pour l’îlot nucléaire d’ASTRID (projet de réacteur nucléaire à neutrons rapides de Génération IV).

Qu’est-ce qui vous passionne dans votre métier ?

Les systèmes et équipements électriques offrent un domaine technique vaste très enrichissant et dynamique : des problématiques systèmes, des équipements nombreux et divers, des aspects calculatoires. Par exemple, je peux être impliqué dans les différentes phases des projets de la conception préliminaire jusqu’au maintien en condition opérationnelle, avec des activités d’études, de réalisation, de mise en service et d’expertises. Je travaille aussi avec de nombreux interlocuteurs d’horizons différents : monteurs électriciens, fournisseurs, qualité, inspections, clients….