Prix SFEN-009

Des collaborateurs de TechnicAtome lauréats du Prix SFEN de l’Innovation technologique 2020

Pour sa 37ème édition, la remise des Prix SFEN s’est tenue ce mardi 8 septembre à l’Union Internationale des Chemins de Fer à Paris. Parmi les lauréats, Carl Zinoni, Ingénieur Recherche et Développement Instrumentation à TechnicAtome, a reçu le Prix de l’innovation technologique ex-aequo.

Chaque année, les Prix SFEN récompensent des travaux et des études traitant de l’énergie nucléaire et de ses applications au niveau industriel. La sûreté étant l’un des enjeux majeurs de ce secteur, le Comité des Prix, réuni le 26 juin dernier, a choisi de récompenser le dossier déposé par trois collaborateurs de TechnicAtome, Carl Zinoni, Loïc Janvier et William Glayse.

L’instrumentation optique du RJH à l’honneur

La remise du Prix de l’innovation technologique est l’occasion pour la SFEN de saluer un projet innovant déjà mis en œuvre.  C’est dans le cadre des recherches autour du Réacteur expérimental Jules Horrowitz que cette innovation a vu le jour à TechnicAtome. « Pour répondre aux exigences de sûreté, nous avons conçu un guide d’onde optique », explique Carl Zinoni. Présenté comme un Système de mesure multifonction à fibre optique pour des mesures de sûreté en condition d’irradiation extrême, le capteur est capable de fonctionner sous de hauts niveaux d’irradiation neutron et gamma, pouvant atteindre le giga Gray. « Nous avons développé et testé un capteur très polyvalent. C’est la première fois qu’un capteur à fibres optiques est utilisé dans le milieu nucléaire pour répondre à une fonction de sureté », ajoute-t-il. En version sécuritaire, le capteur s’accompagne d’une carte d’acquisition spécifique réalisée par la PME du domaine ARCYS. Outre les aspects sûreté, son implantation permettra d’atteindre un haut degré de performances au niveau de dispositifs expérimentaux, par exemple pour les rampes de puissance crayons combustible embarquées sur les systèmes à déplacement (SAD).

Le Prix SFEN de l’innovation technologique marque la reconnaissance du travail réalisé au niveau national. « Pour moi, c’était un challenge très stimulant et formateur. Je souhaite remercier l’équipe de management et mes collaborateurs pour avoir cru en mon concept et avoir eu l’audace de s’embarquer dans cette aventure. »

De nombreuses applications transverses à venir

Conçu pour répondre aux exigences de sûreté du Réacteur Jules Horrowitz, ce projet innovateur ouvre la voie à des applications transverses de nouvelle génération dans l’ensemble du secteur nucléaire. La technologie couvre en effet un large éventail de cas d’applications, tels que la distribution de la température d’une nappe hydraulique, la détection d’hydrogène, la surveillance de l’intégrité des structures, etc. Une polyvalence qui aura naturellement séduit le Comité des Prix SFEN 2020.

Arrivée du Suffren à la base navale de Toulon le mardi 28 juillet 2020. ©Gwladys David / Marine Nationale /Défense

Arrivée du Suffren à Toulon

Le Suffren, premier des six SNA de classe Suffren, est arrivé mardi 28 juillet à la base navale de Toulon. Cette arrivée dans son port d’attache marque une étape importante des essais à la mer du premier sous-marin du programme Barracuda a déclaré le ministère des Armées.

Pilotés par la Direction générale de l’armement (DGA) et conduits par la Marine nationale, les essais en mer permettent de vérifier le bon fonctionnement des différents systèmes et équipements du sous-marin, avant sa qualification puis sa livraison aux forces françaises.

TechnicAtome, en charge de la conception et de la réalisation des chaufferies nucléaires de propulsion du Suffren, a participé aux essais en mer.

Après la première plongée du sous-marin au large de Cherbourg en avril, les équipes étatiques et industrielles du programme ont mené différents essais en mer afin de s’assurer que le sous-marin navigue en sécurité et pour tester ses performances tant techniques qu’opérationnelles. Ces essais ont permis aux spécialistes des centres d’expertise DGA, d’étudier les données recueillies. Il ressort de ces analyses que le comportement en mer du premier sous-marin de la série est cohérent avec sa modélisation. La poursuite des essais en Méditerranée sera conduite par un équipage de la Marine nationale. Elle sera supervisée par des ingénieurs et des techniciens de la DGA et du Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA), et des industriels Naval Group et TechnicAtome ainsi que de leurs partenaires et sous-traitants.

Série Pourquoi J'aime TecchnicAtome

De nouveaux talents à l’honneur à TechnicAtome

Ce mardi 26 mai vous pourrez découvrir notre série d’interviews croisées diffusée sur Youtube et nos autres réseaux sociaux. À travers de courtes vidéos, vous découvrirez le portrait de nouveaux talents, recrutés par TechnicAtome en 2019, autour d’une question : #PourquoiJaimeTechnicAtome ? Un moment feel-good pour accompagner nos futurs candidats.

« TechnicAtome recrute chaque année plus de 150 candidats et continue en 2020, malgré la crise sanitaire, sur la même dynamique », rassure Marc Goussal, Directeur des Ressources Humaines. Mais au-delà de ces perspectives positives, c’est surtout la vision développée par notre entreprise sur l’intégration des nouveaux arrivants et plus généralement la politique des ressources humaines au sein de TechnicAtome qui apparaît à travers ces témoignages.

Découvrez tous les épisodes sur >> Youtube

1. Valoriser les compétences

Quels que soient l’entreprise et le domaine de compétence du salarié, le premier élément de motivation est toujours celui de l’intérêt des missions proposées.

Un argument naturellement au cœur des préoccupations pour des profils techniques, à l’instar de Baptiste, Ingénieur instrumentation, Marco, Ingénieur systèmes électriques ou encore Marie, chef de projet systèmes d’information. Le maître-mot c’est « savoir-faire ». La propulsion nucléaire est un enjeu technologique majeur très motivant pour ces nouveaux arrivants à TechnicAtome.

2. Miser sur le collectif

« Aimer sa boîte », c’est aussi une histoire de collectif. L’ambiance en général et la bonne entente entre collègues sont primordiales. Pouvoir se former et apprendre au contact des autres salariés, et surtout sentir que l’on est soutenu dans cette démarche, permet de générer un sentiment d’appartenance. TechnicAtome, c’est un peu comme une deuxième « famille » où la « bienveillance » est de mise, nous raconte Agnès, contrôleur de gestion, dans le deuxième épisode de notre série.

3. Donner du sens à son travail

Mais il y a des avantages que toutes les entreprises ne peuvent proposer à leurs collaborateurs. Derrière la propulsion nucléaire se cache un enjeu de défense nationale qui donne du sens aux contributions de chacun au sein de TechnicAtome. « La défense nationale, le but ultime » selon Anne, ingénieur neutronique, est pour beaucoup des collaborateurs de TechnicAtome un facteur de fierté et de motivation.

Interviewés :

Sandrine : Pilote supports projets à Brest

Baptiste : Ingénieur instrumentation à Aix-en-Provence

Marco : Ingénieur système électrique à Cadarache

Marie : Chef de projet systèmes d’information à Aix-en-Provence

Agnès : Contrôleur de gestion à Cadarache

Anne : Ingénieur neutronique à Aix-en-Provence

Sébastien : Responsable contrôle de gestion central à Saclay

Nadia : Gestionnaire de projets à Cadarache

Sowath : Acheteur informatique à Saclay

Solène : Pilote transfert d’installation à Cherbourg Nicolas : Acheteur projets à Aix-en-Provence


© Romuald Le Hénaff - Marine Nationale/Défense

Début des essais en mer du Suffren

Le ministère des Armées a salué la première plongée en mer du Suffren, effectuée ce mardi 28 avril 2020, au large de Cherbourg.

Une étape décisive qui marque le début des essais en mer pour le premier des six sous-marins nucléaires d’attaque du programme Barracuda. Ces essais, entamés dans la Manche, dureront plusieurs mois avant la livraison du SNA à la Marine nationale et son rattachement à la base de Toulon.

TechnicAtome est en charge de la conception et de la réalisation des chaufferies nucléaires de propulsion du Suffren, et participe aux essais qui viennent de débuter.

Retrouvez ci-dessous le Communiqué de presse du ministère des Armées :

Cover-CP-CA 2019

Des résultats 2019 en progression significative

Le conseil d’administration de TechnicAtome s’est réuni le 17 mars 2020 pour arrêter les comptes de l’exercice clos le 31 décembre 2019.

Avec un chiffre d’affaires de 420 M€ (+6% vs 2018), un résultat d’exploitation dépassant les 72 M€ (+27% vs 2018), et un carnet de commandes qui se maintient à un niveau correspondant à plus de 2 années d’activité, TechnicAtome confirme sa dynamique de croissance et de rentabilité. Au plan opérationnel, la société a connu des succès marquants dans l’exécution de ses projets à vocation civile et militaire, dans un contexte de perspectives favorables.

Pour soutenir cette activité, TechnicAtome a continué de recruter dans tous ses métiers d’ingénierie, d’exploitation, de fabrication et de maintenance pour atteindre fin 2019 un effectif de près de 1700 salariés pleinement engagés.

L’année a été marquée par le lancement du 1er sous-marin nucléaire d’attaque de la classe Suffren, issu du programme Barracuda. Sa chaufferie nucléaire, conçue et fabriquée par TechnicAtome, a connu sa première réaction en chaîne le 17 décembre. Avec la mise en service du réacteur d’essais du CEA à Cadarache en octobre 2018, ce sont deux réacteurs nucléaires qui ont été mis en route par TechnicAtome en 14 mois. Dans le domaine du nucléaire civil, les opérations de montage nucléaire du réacteur expérimental RJH du CEA à Cadarache ont débuté en septembre, marquant une étape décisive dans sa réalisation opérationnelle.

« Trois ans après la cession de TechnicAtome à un consortium d’actionnaires emmené par l’Agence des Participations de l’Etat, la société se porte bien. Forts de ces bons résultats et de nos succès sur le terrain, nous étions entrés avec sérénité dans une année 2020 qui sera marquée par l’empreinte du coronavirus. Nous sommes tous mobilisés pour en limiter les conséquences, pour nous et pour nos clients, dans une période qui est riche d’enjeux pour le futur de TechnicAtome à moyen et long terme », a déclaré Loïc Rocard, PDG de TechnicAtome.